Maladie d’articulation chez le cheval : types et mesures de prévention !

Prendre soin d’un cheval est une responsabilité permanente. D’ailleurs, comme de nombreux propriétaires de chevaux le savent, la gestion des articulations de leur cheval est un aspect important. Sans aucun doute, il s’agit de l’un des principaux facteurs pour garantir un cheval heureux et en bonne santé. En effet, les articulations des chevaux sont soumises à des pressions et des contraintes extrêmes. Et, en tant que telles, constituent une condition courante à gérer chez les chevaux de tous âges. Les affections articulaires chez les chevaux vont de l’apparition précoce de l’arthrite aux maladies articulaires équines. Dans la grande majorité des cas, un cheval présentant une forme quelconque de maladie articulaire présentera des signes de boiterie et indiquera une réduction du niveau de mobilité articulaire. Dans cet article, vous pourrez découvrir les principaux types et les préventions de la maladie articulaire chez le cheval !

Comprendre l’arthrite chez le cheval

L’arthrite fait référence à une inflammation d’une articulation. Toutes les maladies articulaires qui touchent les grands animaux produisent un certain degré d’inflammation. Les affections arthritiques importantes comprennent l’arthrite traumatique et l’ostéochondrite disséquante. Pour plus d’informations sur le sujet, n’hésitez pas à cliquer sur explication.

Arthrite traumatique 

L’arthrite traumatique survient après une blessure. Cela comprend l’inflammation de la membrane synoviale (synovite) et de la capsule articulaire (capsulite), les fractures par éclats dans l’articulation, les déchirures (entorses) des ligaments à proximité ou à l’intérieur d’une articulation, ou les déchirures du ménisque (cartilage dans le grasset). 

Une perte progressive du cartilage des articulations, appelée arthrose, peut survenir avec l’une ou l’ensemble de ces blessures. L’arthrite traumatique peut être observée chez n’importe quel cheval, mais survient généralement chez les chevaux athlètes. Une condition similaire se produit chez les athlètes humains qui subissent des blessures traumatiques ou répétées à une articulation particulière, comme le genou.

Ostéochondrose (ostéochondrite dissecane) 

Dans l’ostéochondrose, le cartilage articulaire immature se sépare de l’os sous-jacent. Du liquide pénètre dans l’espace et des kystes peuvent se former sous le cartilage. L’ostéochondrite disséquante est généralement observée chez les jeunes animaux (âgés de moins d’un an), le plus souvent au niveau de l’articulation fémoropatellaire (le grasset), de l’articulation tarsienne (jarret), des articulations du boulet et de l’épaule. 

La cause exacte est inconnue, mais les facteurs contributifs incluent probablement une prédisposition génétique chez l’animal, une croissance rapide, un apport élevé en glucides, des niveaux disproportionnés de cuivre et de zinc dans l’alimentation et des facteurs biomécaniques (tels qu’un traumatisme du cartilage).

Les mesures de préventions y afférents

Heureusement, il existe des mesures à suivre pour prévenir la maladie. Cela concerne plus particulièrement les points suivants :

  • Assurer une nutrition saine et appropriée : offrir à votre cheval une alimentation complète et équilibrée est l’une des stratégies clés pour développer et maintenir des articulations saines. Le maintien des os, du cartilage et du liquide synovial nécessite que les besoins énergétiques du cheval soient satisfaits, avec des protéines adéquates et des vitamines et minéraux appropriés. 
  • Bien entrainer votre cheval : Exercer votre cheval avec des exercices à faible impact peut développer et améliorer le développement osseux, ainsi que la teneur et la composition du cartilage et du liquide synovial. Chez les poulains, il a été établi que l’exercice entraîne une amélioration de l’épaisseur et de la composition du cartilage par rapport aux enfants sans activité physique. 

Related Posts